Hifi-Stéréo

Chaine haute-fidélité stéréo: les lecteurs de CD, lecteurs réseau, amplificateurs stéréo, préamplificateur stéréo, convertisseur DAC, et toutes les enceintes de l’assortiment.

Principes de base

La définition la plus courante, bien qu’elle soit connotée « électronique » est « un fil droit avec du gain ». Ce qu’on pourrait traduire en termes plus courants par « reproduction à l’identique avec la puissance nécessaire ».

Suivant cette définition, la haute-fidélité s’interdirait toute modification du signal original. Il s’agit toutefois d’une sorte de déclaration de principe, loin d’être toujours suivie.

La stéréophonie

Même si rien n’interdit une haute-fidélité monophonique, la haute-fidélité est associée à la stéréophonie, couramment nommée « stéréo ». En effet son développement technique et commercial date de l’apparition, puis de la diffusion, du vinyle stéréo au cours des années 1960.

La stéréo a pour but une restitution réaliste de l’espace sonore (placement des instruments et des artistes sur une scène par exemple) qui permet donc de se rapprocher de la prestation originale.

La bande passante

L’exigence sans doute la plus difficile à remplir pour reproduire fidèlement un message musical est la restitution sans atténuation ni accentuation de toutes les fréquences du spectre audible.
Les équipements audio basiques se contentent d’en restituer l’essentiel soit, très souvent, la simple bande téléphone (300 Hz – 3 400 Hz). Le grave et les aigus sont sacrifiés.
La haute-fidélité entend naturellement les reproduire ou du moins en reproduire l’essentiel.

La dynamique

Une musique peut contenir des passages très forts et d’autres très faibles. La différence entre les deux est appelé dynamique. Pour la reproduire, il faut que le système haute-fidélité reproduise les passages les plus faibles au-dessus du bruit de fond. Il devra alors être capable de reproduire les passages les plus forts à un niveau conforme à la dynamique de l’enregistrement. De ce fait, une chaîne haute-fidélité doit impérativement (pour utiliser un terme courant) être puissante. Mais en fait (et plus exactement) avoir des capacités dynamiques élevées.

La distorsion

Toute modification autre que le gain entre le signal d’entrée et le signal de sortie est évidemment à proscrire. Il existe de multiples formes de distorsion, la plus connue étant la distorsion harmonique.
Les exigences pour la haute-fidélité varient mais se situent à des valeurs inférieures à 1 % pour le taux de distorsion harmonique (THD). En dessous de cette valeur, l’audibilité de la distorsion est très discutable.
Pour une très bonne qualité d’écoute, il faudrait envisager un THD inférieur à 0,1 %.

Normes et leurs caractéristiques

Il existe différentes normes censées assurer que l’on peut bien appliquer l’étiquette « haute-fidélité » à un équipement. Certaines sont anciennes et obsolètes. Les autres se rejoignent dans les grandes lignes, mais diffèrent dans les détails. Par exemple, certaines de ces normes ne se contentent pas de garantir une large gamme de fréquenceElles mais incorporent des règles relatives au rapport signal sur bruit, à la compression sonore, etc…

 

Affichage des produits 1–9 sur 59